Gazoduc ERIDAN, pourquoi prendre de tels risques ?
Partager

Depuis la mise en route du projet ERIDAN, à savoir un gazoduc de grande capacité afin d’approvisionner la France en gaz par la Méditerranée et de réduire notre dépendance au gaz russe, nous suivons avec attention sa mise en œuvre.

Dans le contexte actuel, en attendant la transition énergétique et la sortie du mix « fossile/nucléaire », nous approuvons l’utilisation du gaz, comme une énergie de transition.

Cependant, nous sommes inquiets. Inquiets car le promoteur du projet, GRDF, a prévu que le tracé retenu pour le gazoduc passe sous le canal Donzère-Mondragon, destiné au refroidissement des réacteurs de la centrale nucléaire de Tricastin.

« L’Autorité de Sureté Nucléaire, après avoir émis de vives inquiétudes il y a quelques mois sur ce choix de tracé, considère aujourd’hui qu’il n’y a plus aucun risque à ce que la conduite passe sous ce canal stratégique pour la sureté nucléaire et donc celle des habitants. Mais malgré les expertises, le risque zéro n’existe pas, notamment le cas d’une explosion de la conduite qui pourrait avoir des conséquences très graves sur le fonctionnement des réacteurs nucléaires tout proches. Un effet domino inacceptable ! » déplore Michèle RIVASI, eurodéputée

Nous demandons à ce que chacun prenne ses responsabilités et évite de jouer aux apprentis sorciers avec un pareil cocktail, gazoduc- centrale nucléaire.

Au regard des nombreux risques que représentent le gazoduc ERIDAN, qui impacte de nombreuses communes comme Malataverne, nous demandons à ce que la conduite existante soit élargie et utilisée afin de diminuer les dangers pour les populations riveraines.

EELV Ardèche et EELV Drôme